Non classé

Politique : La capitale des Flandres sortie du processus de métropolisation

Photo

Le 19 octobre, alors que la métropole lilloise a été sortie du processus, Damien Castelain, président de la MEL a tout de même fait voter une motion en faveur de la métropolisation. / Photo : Gaël Autier

Contrairement à ce qui avait été évoqué dans un premier temps, au mois de septembre, le département du Nord a encore de beaux jours devant lui, sa scission au profit d’une transition de la Métropole Européenne d’un statut de « Métropole de Droit Commun » à celui de « Collectivité Territoriale à Statut Particulier » a finalement été écartée jeudi 18 octobre 2018 par la ministre française de la Cohésion des Territoires, Jacqueline Gourault qui a mis en avant le fait qu’il « n’y a pas de volonté locale à Lille ».
A travers ces mots, la ministre fait allusion à une conversation qu’elle a eu avec Jean-René Lecerf, président du département du Nord et ami de la ministre qui s’était positionné contre cette mesure qui concernait aussi Nantes où celle-ci a également été abandonnée, Bordeaux, Marseille, Nice et Toulouse avec lesquelles « la concertation va se poursuivre ».
De son côté, Ugo Bernalicis, député (La France Insoumise) de la deuxième circonscription du département du Nord dénonçait vendredi 19 octobre avant le conseil de la métropole où la métropolisation était à l’ordre du jour, une volonté du gouvernement de favoriser les aires urbaines au détriment des territoires ruraux qui composent la Flandre et le reste du département.
Concernant l’avenir de la Métropole Européenne de Lille, cette dernière devrait, selon Damien Castelain, son président, créer un groupe de travail visant à collaborer plus étroitement avec un département du Nord qui gardera certainement son intégrité au-delà de l’année 2021 sur l’ensemble de son territoire, en Flandre comme dans le Hainaut et le Cambrésis qui resteront liés par cette unique collectivité territoriale centralisée. Il s’agit donc là d’une occasion manquée pour la métropole lilloise, le Westhoek et plus généralement la Flandre française qui restent en marge d’une décentralisation qui demeure encore très marginale et très lente en France.

Publié le 22/10/2018 – 16:36
Par : Gaël Autier
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.