PAYS DE FLANDREPOLITIQUESOCIÉTÉ
A la Une

Municipales 2020 : En Flandre, un nouveau monde aux sensibilités régionalistes

En Flandre française, le « nouveau monde » politique sera régionaliste. Déjà pressentie à la veille du premier tour des élections municipale, une vague de victoires de candidats issus de ce courant sous-jacent a fini par déferler, mais moins nettement que ce qui était envisagé. Les différents candidats ayant mené leur campagne en ordre dispersé, et la mouvance politique ne s’étant pas structurée autour d’un parti, aucune véritable cohérence ne s’était vraiment instaurée entre les programmes présentés.

Doublement du nombre de maires sensibles aux idées régionalistes …

Mais la tendance qui se dessinait à la veille du premier tour du scrutin dans les intentions de vote s’est tout de même confirmée lors du second, dimanche 28 juin. De Lille à Dunkerque, en passant par Hazebrouck et Steenvoorde, les idées régionalistes ont progressé partout et se retrouvent dans de nombreux conseils municipaux, en majorité, comme en opposition. Circuits-courts, une écologie mise au centre des discussions, mise en place de signalétique bilingue, … la liste de ces dernières est longue.

Lors du dernier mandat, le nombre de communes administrées par des maires sensibles à cette ligne, était évalué à une quinzaine. Aujourd’hui, ce chiffre a doublé. Sur les 111 communes que compte l’arrondissement de Dunkerque, il se porte désormais à plus d’une trentaine. Parmi les villes conquises, Bourbourg déverrouille la progression vers l’ouest.

… dans un contexte d’abstention record

A contrario, les traits sont tirés en Flandre romane. Dans la capitale des Flandres, où les faveurs des électeurs régionalistes s’étaient préalablement orientées vers Alexandre Chantry, sèchement battu au premier tour, c’est finalement Martine Aubry qui l’emporte de très peu. Le candidat écologiste, Stéphane Baly, soutenu un temps par ces mêmes électeurs pendant les deux tours, avait finalement perdu leur confiance après son appel vers ceux de Violette Spillebout, également battue. Si les régionalistes se targuent d’avoir fait peser la balance, ces résultats s’expliquent surtout par le taux d’abstention record enregistré le 15 mars et le 28 juin.

Désormais, tous les regards se tournent vers l’élection des différents conseils qui siègeront dans les intercommunalités. Dans le Westhoek, les régionalistes entendent provoquer la fusion des communautés de communes de Flandre-Lys, Flandre-Intérieure et Hauts-de-Flandre. Y parviendront-ils ? Réponse dans quelques semaines.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.