À VÉLOACTUALITÉSARMENTIÈRES - VALLÉE DE LA LYSBAILLEUL - MONTS DE FLANDRECYCLISMEDÉCOUVERTEDUNKERQUE - DUNES DE FLANDREHAZEBROUCK - COEUR DE FLANDREMÉTROPOLE EUROPÉENNE DE LILLESPORTSWORMHOUT - HAUTS DE FLANDRE

Tour de France 2022 : Retour sur les deux étapes flamandes de la grande boucle

Deux journées durant la Flandre était à l’honneur sur la « grande boucle ». Lancée à Copenhague (Danemark) le 1er juillet, la compétition s’est ensuite attardée pour deux étapes dans notre territoire. De Dunkerque (Duinkerke) à Lille (Rijsel), en passant par Cassel (Kasselberg), les coureurs du Tour de France auront sillonné la Flandre entièrement, pour le plus grand bonheur des habitants et du président du conseil départemental.

Bergues et Cassel à l’honneur le temps d’une journée

Mardi 5 juillet, c’est d’abord le Westhoek et les monts de Flandre qui furent mis en valeur. Parti de la cité de Jean Bart, le peloton s’est dirigé vers le sud et les contrées rurales de la Flandre maritime. Dix kilomètres après le départ, vient la traversée de la célèbre ville de Bergues (Sint-Winoksbergen). Sur leurs écrans, les supporters du monde entier redécouvrent la localité placée au centre du film « Bienvenue chez les ch’tis » en 2008. Son patrimoine historique se dévoile alors et rayonne encore davantage, tandis que le long cortège multicolore de voitures et de cyclistes s’approche déjà de Wormhout et file en direction de la première difficulté du jour. Cassel (Kasselberg), son ascension, ses rues pavées et rétrécies.

Installé sur la Grand’Place de la ville, au kilomètre trente-et-un de l’étape, le car-podium du conseil départemental rappelle son investissement dans l’organisation de la course. De jeux concours en promotions, la collectivité souhaite contribuer à l’effervescence qui s’est emparée de la ville. Dès la mi-journée, les animations se multiplient, tandis que passe la caravane publicitaire, dans laquelle elle est également représentée.

Des retombées économiques liées au tourisme

Christian Poiret en visite à Cassel, le 5 juillet 2022 – © Gaël Autier / Flandre Presse

En coulisses, son président jubile et se dit satisfait. « On l’a souhaité, je voulais vraiment qu’il vienne », lance celui qui se félicite d’accueillir deux étapes du Tour de France. Pour Christian Poiret, c’est une opportunité pour mettre à l’honneur le territoire, son patrimoine, ses valeurs et ses habitants. « J’ai besoin de faire rayonner le Nord par le sport », insiste l’élu qui entend bien profiter de ces deux journées pour développer l’attractivité économique et touristique de son département. « Le Nord est beau et les gens sont heureux. Et quand les nordistes sont heureux, je suis heureux », conclut-il finalement.

Cet engouement de Monsieur Poiret sera partagé par de nombreux flamands. Des tenanciers de cafés et d’estaminets aux restaurateurs, en passant par les habitants des communes environnantes, la joie est partagée par tous. Et ceux dont les établissements ne désemplissent pas retrouvent le sourire. Après deux années de disette liée à la crise sanitaire, cet événement vient au bon moment. Et les retombées économiques qui vont en découler à terme viendront soutenir l’économie d’un territoire où le secteur du tourisme prend peu à peu une importance capitale.

De nombreux badauds étaient venus saluer le passage du Tour de France dans les rues de Cassel – © Gaël Autier / Flandre Presse

En début d’après-midi, c’est davantage sur les visages des badauds que se lit la joie. Alors que défilent les coureurs échappés, les applaudissements pleuvent pour ces forçats de la route, suivis quelques minutes plus tard par l’imposant peloton en ordre resserré. La tension ne retombera qu’une fois les dernières voitures-balai engagées sur la route menant à l’Audomarois, puis à Calais, point d’arrivée de cette quatrième étape.

Le 6 juillet, « un départ 100% MEL »

La ville de Lille, point de départ de la cinquième étape – © Gaël Autier / Flandre Presse

Le lendemain, c’est dans la capitale des Flandres et sa banlieue Est que se pressera la foule des grands jours. Huit ans après l’arrivée de la quatrième étape du Tour de France 2014 à Villeneuve d’Ascq (Ast) qui consacrera l’allemand Marcel Kittel, la métropole lilloise renoue avec la « grande boucle ». Devant l’imposant Lille Grand Palais et le siège de la Métropole Européenne de Lille, plusieurs centaines de personnes assistent à la présentation, puis au départ des coureurs. Aux abords, ceux qui n’ont pas pu prendre place aux abords de la rue Georges Lefebvre déambulent dans le « village départ », installé à proximité, avenue du Président Hoover, où se déroulent de nombreuses animations.

Sur les premiers kilomètres de l’étape, le peloton est contraint de rester derrière la voiture du directeur du Tour, Christian Prudhomme – © Gaël Autier / Flandre Presse

Quelques dizaines de mètres plus loin, le parvis situé devant le siège de région se remplit. Et partout dans la ville, les amateurs de cyclisme attendent le passage de leur favori. De la porte de Paris au pont de Tournai, en passant par la Grand’Place, le boulevard Louis XIV et la porte de Valenciennes, les coureurs visiteront de nombreux lieux emblématiques de la cité. Une aubaine pour la municipalité qui souhaite, elle aussi, dynamiser son secteur touristique, en berne pendant la pandémie de Covid-19.

Outre le tourisme, cette cinquième étape de la compétition donnera aussi un coup de projecteur sur une autre course mythique. En traversant des communes telles que Bouvines (Bovingen), Croix ou Pont-à-Marcq, le Tour de France prend alors des airs de Paris – Roubaix. Et cette impression se confirmera lorsque que les coureur franchiront les onze secteurs pavés répertoriés, puis se dirigeront vers la trouée d’Aremberg, point d’accès symbolique dans l’ancienne province française du Hainaut (à ne pas confondre avec son éponyme wallon ndlr).

Les usagers de la bicyclette espèrent une amélioration de leur condition

Désormais, si le peloton doit s’élancer de Binche (Wallonie) pour rallier Longwy (Lorraine), la Flandre espère profiter d’un accroissement du tourisme. Terre de vélo, le territoire devrait réussir à attirer celles et ceux qui désirent se mesurer aux routes empruntées par leurs champions. Reste désormais à savoir si les décideurs s’empareront enfin du sujet pour proposer des infrastructures adaptées à la pratique dans les prochaines années. Pour l’heure, la dynamique observée en Flandre intérieure depuis 2021 ne semble pas atteindre les alentours de Lille, où le nombre de cyclistes tués sur les routes continue de croître dramatiquement.


Une galerie de photos complète rétrospective du passage du Tour de France à Cassel et Lille sera disponible dès ce jeudi 7 juillet à partir de 18 heures.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.