SOCIÉTÉ

Société : Vif débat après les propos polémiques de Camélia Jordana

Invitée, samedi 23 mai, sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché », la chanteuse française Camélia Jordana a s’est dite consternée par les violences policières perpétrées en France.

C’est au moment où l’écrivain Philippe Besson a évoqué une situation compliquée dans laquelle se trouvent les forces de l’ordre que la tension est montée aux côtés de Laurent Ruquier. Répliquant à ses propos, la chanteuse se met à parler des personnes « qui ne se sentent pas en sécurité face à la Police ». Ajoutant qu’elle en fait partie, elle pointe alors du doigt le racisme affiché ou affirmé par certains éléments œuvrant dans les forces de l’ordre.

Très rapidement, cette phrase a suscité une vaste polémique sur les réseaux sociaux. Ce débat houleux qui oppose désormais de nombreux français sonne comme un écho en Flandre, où de vives tensions s’étaient récemment exacerbées après la survenue d’une séquence très commentée à Lille.

Deux « camps » s’opposent

Dès dimanche, le Ministre de l’Intérieur a condamné les propos de l’artiste, qu’il a qualifié de menteuse. Pour Christophe Castaner, de tels propos « alimentent la haine et la violence » à l’encontre des forces de l’ordre.

Aujourd’hui, des internautes jouent au jeu des sept différences entre ses propos et ceux d’Eric Zemmour, habitué des discours islamophobes. Pour les désormais partisans de Camélia Jordana, le polémiste bénéficie d’un « traitement de faveur » des instances qui « ne condamnent pas son discours haineux ».

Lundi, de nombreux comptes Twitter et Facebook affichaient leur position à propos de cette polémique. Pendant plusieurs heures, les hashtag #soutienfdo et #jenesuispascameliajordana se sont opposés au #Moiaussijaipeurdevantlapolice.

Sur les premiers figurent un soutien indéfectible à tous les corps de police. En face, leurs sont opposé insultes et témoignages de violences policières.

Invité sur la chaîne CNews, Denis Jacob, secrétaire général du syndicat « Alternative Police Nationale » a maintenu que la chanteuse appelait à la « haine anti-flic ».

Vers un débat entre la chanteuse et Christophe Castaner ?

Sur Twitter, la principale intéressée est revenue sur la polémique qui enflamme la société. Se disant « épatée » par les réactions, et « enthousiaste » par la « réouverture du débat public », elle a annoncé qu’elle ne s’exprimerait pas dans les médias, mais qu’elle serait « honorée » de pouvoir débattre « en direct » avec le Ministre de l’Intérieur. Répondra-t-il à l’invitation ? Pas sûr.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.