Flandre Presse

Grève du 13 octobre : Peu de perturbations attendues en Flandre vendredi

Près de quatre mois après l’échec du mouvement contre la réforme des retraites, le climat social reste tendu dans le pays. Et alors que le contexte économique et l’inflation rendent les fins de mois de plus en plus délicats, la tension remonte à l’aube de nouvelles échéances sociales importantes. C’est pourquoi les syndicats appellent à la grève pour la journée de vendredi 13 octobre. Parmi les principales revendications portées par les organisations figurent notamment une hausse des salaires et une revalorisation de la consultation pour les médecins.

Le pouvoir d’achat et les salaires en point de mire

Auprès de nos confrères de France Info, Sophie Binet appelle « tous les salariés » à se mobiliser. « Je pense que les français sont très en colère », explique-t-elle sur l’antenne de la radio publique. La secrétaire générale de la CGT estime aussi que la population a « la tête au fait que les salaires sont totalement insuffisants pour vivre ». Selon les premières prévisions nationales, le mouvement social pourrait toucher de nombreux secteurs. Cela sera particulièrement le cas dans les transports en commun, où d’importantes perturbations seront à prévoir, mais aussi dans l’Éducation nationale, la fonction publique ou le secteur de la santé. Les médecins libéraux pourraient ainsi gonfler les rangs des manifestations à l’appel de la CSMF.

Une faible mobilisation attendue en Flandre

Mais si les syndicats, CGT en tête, affichent une certaine sérénité, il reste difficile de quantifier l’ampleur de cette journée de grève. Dans le territoire de Flandre, où le pouvoir d’achat est aussi en berne, la mobilisation pourrait ne pas prendre. Au sein des différentes corporations professionnelles locales, peu de salariés se seraient déjà déclarés grévistes pour la journée de vendredi. C’est notamment le cas chez Ilévia, où les perturbations resteraient limitées. Selon les éléments avancés par le compte X/Twitter ‘L’actu des Transports Lillois’, « un préavis a été déposé, mais le mouvement n’a pas l’air d’être suivi ». La circulation des bus, tramways et métros resterait donc « fluide » pour la journée. Pour sa part, l’exploitant des transports en commun de la capitale des Flandres n’a pas encore communiqué officiellement.

De leur côté, les différents mouvements régionalistes n’affichent aucune volonté de convergence avec les organisations syndicales. Rendus inaudibles par leurs divergences, ces derniers se concentrent actuellement sur les questions liées à la reconnaissance de la culture et de l’identité territoriale.

Un rassemblement prévu à Lille

Malgré la faible mobilisation redoutée, les fédérations locales de l’intersyndicale veulent quand même y croire. Comme à l’accoutumée, un rassemblement régional sera organisé dans le centre de Lille (Rijsel). Les manifestants s’élanceront à 14h30 depuis la porte de Paris, pour rejoindre ensuite la place de la République. Plus près d’Hazebrouck (Haezebroek), certains flamands gagneront l’Audomarois et prendront part à la marche organisée à Saint-Omer. Cette fois, le rendez-vous est donné à 14 heures sur le parking du restaurant Mc Donald’s. Un autre point de ralliement est fixé à la même heure sur le parvis de la gare de Dunkerque (Duinkerke).

Quitter la version mobile