ACTUALITÉSCORONAVIRUSPOLITIQUESANTÉSOCIALSOCIÉTÉ
A la Une

« Personne ne peut cautionner de tels propos » : Les mots d’Emmanuel Macron indignent les flamands

Depuis près de vingt-quatre heures, la tension est palpable dans le territoire flamand. Comme partout ailleurs dans le pays, les propos tenus par le Président de la République dans l’interview donnée au journal ‘Le Parisien’ au sujet des personnes non-vaccinées contre le Covid-19 provoquent une véritable polémique qui pourrait déboucher sur une crise sociale et politique.

« Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder », a en effet déclaré Emmanuel Macron, avant de préciser souhaiter « continuer de le faire, jusqu’au bout ». Mais si ces mots provoquent un tollé, il est une autre sortie présidentielle moins remarquée qui suscite également une profonde indignation au sein de la population. Dans les mêmes lignes, le chef de l’État déclare « irresponsables » les personnes qui refusent de se faire vacciner et les déchoit de leur citoyenneté, ce qui ne manque pas de faire réagir.

« Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen »

Emmanuel Macron, Président de la République française

Dans les rangs régionalistes, comme dans les courants politiques plus conventionnels, l’indignation est générale et les protestations sont nombreuses. Exception faite cependant de rares soutiens inconditionnels d’Emmanuel Macron qui cautionnent voire appuient sa position.

« Personne ne peut cautionner de tels propos »

Au sein de la classe politique flamande, les réactions sont souvent unanimes. « Un Président ne devrait pas dire ça », paraphrasent régulièrement celles et ceux qui s’indignent.

Pour la députée Jennifer de Temmerman, ces mots prononcés par le locataire du palais de l’Élysée sont « révélateurs de la personnalité d’Emmanuel Macron. Terrible alors que nous sommes si rudement éprouvés ». Pour la représentante des habitants de la quinzième circonscription du Nord, « personne ne peut cautionner de tels propos dans la bouche du chef de l’État », peu importe la position adoptée sur la vaccination.

Interpellée ensuite par des promoteurs de la parole présidentielle, celle qui a quitté la majorité en 2019 s’est insurgée de la brutalité de la stratégie adoptée par le gouvernement : « La responsabilité, c’est être élu pour tous les français et les respecter. Pas semer la zizanie », a-t-elle finalement conclu.

Des manifestations prévues samedi

Dans la société aussi, la consternation est majeure. Déjà opposés à l’instauration du pass vaccinal, de nombreux flamands pourraient désormais protester contre ce qu’ils jugent souvent comme un mépris. Les rangs des manifestations prévues samedi 8 janvier verront probablement leurs rangs grossis par ceux qui évaluent très défavorablement les propos tenus par le Président de la République. Il en sera de même pour certains défenseurs de la loi qui doutent dorénavant de la finalité réelle du texte adopté par l’Assemblée Nationale.

Reste désormais à savoir si le mouvement de protestation prendra de l’ampleur dans les rues ou si la désapprobation n’est que virtuelle.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.