Non classé

Social : Les tensions se cristallisent à nouveau dans la capitale des Flandres

Photo

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées lundi matin devant le siège de la région « Hauts-de-France » à Lille, pour protester contre la réforme de la SNCF voulue par le président français Emmanuel Macron et son gouvernement. / Crédits : Gaël Autier

Alors que les cheminot(e)s et étudiant(e)s étaient appelé(e)s à manifester aujourd’hui dans Lille pour protester contre les réformes que souhaitent imposer le président français et son gouvernement aux services publics, de vives tensions se sont cristallisées dans la capitale des Flandres, notamment dans le quartier de Moulins où se trouve le campus de la faculté de droit de la ville, où les forces de polices ont été présentes en nombre durant toute la journée, sur décision du président de l’Université de Lille qui a refusé, il y a quelques jours, d’annuler les examens et d’accorder la moyenne à tous les étudiants qui ne pouvaient pas participer aux examens en raison de la grève qui touche actuellement le réseau ferré.
Toutefois, la présence de quelques dizaines de CRS n’a pas entamé la détermination à quelques autres dizaines de manifestants de tenter de faire irruption sur le campus, afin d’y perturber le déroulement des partiels, après s’être rassemblées en fin de matinée devant le siège de la région « Hauts-de-France » où une manifestation s’est déroulée sans accrocs majeurs, avant l’intervention de Franck Dhersin, vice-président en charge des transports et des infrastructures de transport qui a annoncé que Xavier Bertrand, président de la région, n’avait pas volonté de fermer des lignes ferroviaires ou des gares jugées déficitaires par la SNCF dans le périmètre où s’appliquent leurs compétences.
Néanmoins, si la tenue des partiels n’a pas été très perturbée, les étudiants protestant contre la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur ont préféré apposer la mention « 10 minimum + grève générale » sur leur copie que de se soumettre aux énoncés distribués aux début des sessions d’examens.
Par la suite, c’est Adrien Quatennens, député (LFI) de la 1ère circonscription du Nord qui a pris la parole, affirmant sa détermination à se mobiliser aux côtés des cheminots et des personnels de la SNCF qui devraient poursuivre leur mouvement de grève « perlée » jusqu’à au moins fin juin. L’élu a également évoqué sentir la mise en place d’une « convergence des luttes » qui se déroule dans un climat où « Emmanuel Macron est l’assaut final de la libéralisation ».
La journée de manifestations s’est ensuite terminée par un défilé d’une cinquantaine de personnes dans le centre-ville de Lille où quelques cheminots et étudiants ont manifesté dans le calme entre la gare de Lille-Flandres et la Place de la République, avant de se disperser peu avant quinze heures trente.
Si le premier jour de la semaine a été marqué par les manifestations et la grogne qui s’empare de plusieurs corps de métiers du service public et des étudiants, la suite de la semaine devrait également être tendue dans la ville de Lille et sa proche-banlieue, puisque des assemblées sont déjà prévues, notamment à l’Université de Lille 3, au niveau du campus de Pont-de-Bois, à Villeneuve d’Ascq, mercredi 11 avril, à 12 heures 30.

Publié le 09/04/2018 – 18:38
Par : Gaël Autier
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.