Musique : Nous avons assisté à la quinzième édition du Cabaret Vert à Charleville-Mézières

Photo
Au cours de ces quatre jours, ce sont plusieurs dizaines de milliers de personnes qui se sont croisées dans ce festival écologique. / Photo : Kévin Piotrowski
Cette année, conformément à la tradition datant de quinze ans, Charleville-Mézières (Ardennes, France) a accueilli le festival écologique « Cabaret Vert ». Au cours de cette édition 2019, qui s’est déroulée du jeudi 22 au dimanche 25 août, ce ne sont pas moins de 79 concerts, du rap au reggae et au rock, qui se sont tenus sur quatre scènes pour un public composé de plusieurs dizaines de milliers de personnes de tous âges et de tous milieux qui n’avaient qu’un seul objectif, celui de s’amuser. Notre journaliste Kévin Piotrowski a tenu à s’y rendre afin de vous retracer la rétrospective de cette édition.

Une première journée très fournie

Dès l’ouverture des festivités, ce sont deux têtes d’affiches relativement connues qui se sont produites devant un public conquis. Le groupe Twenty One Pilots, groupe états-unien originaire de l’état de l’Ohio, connu pour avoir réalisé l’une des bandes originales du film « Suicide Squad » a ouvert le bal. Le deuxième artiste, qui n’a commencé à se faire connaître qu’au cours de l’été, Roméo Elvis, rappeur originaire de Bruxelles, zone disputée entre Flandre et Wallonie, a offert à la foule une longue prestation en reprenant la plupart des titres enregistrés sur son dernier album « Chocolat ». Au cours du même concert, il a également interprété plusieurs titres de la compilation « Morale 2 », celle qui lui a permis de commencer à rayonner dans de nombreux classements et auprès des amateurs de musique.
Si les festivaliers étaient déjà nombreux à se presser pour voir ces deux concerts, les autres artistes tels que Caballero et Jeanjass, proches de Roméo Elvis, et originaires respectivement de Barcelone en Catalogne et de Charleroi en Wallonie, ont également fait le plein. Cela fut également le cas de Djbril Cissé, qui s’est reconverti derrière les platines après la fin de sa carrière dans le football professionnel.

Une seconde journée mouvementée

Au cours de la deuxième journée, plusieurs rappeurs se sont succédé sur les différents lieux de représentation. Parmi eux, Di-Meh, Krisy et Zola, durant les show desquels nombre de personnes se sont empressées de danser le Pogo et de reprendre frénétiquement les différents titres. La liesse générale a obligé les équipes de sécurité à intervenir plusieurs fois afin de libérer le passage pour certains festivaliers désireux de s’éloigner de lieux. Succédant à la modernité, c’est ensuite la nostalgie qui s’est installée pendant un concert donné par le groupe français de Hip-Hop, IAM.
Pour finir, c’est Angèle, sœur de Roméo Elvis, également originaire de la zone bruxelloise disputée entre flamands et wallons, à Uccle, qui est montée sur scène afin d’interpréter les titres de son album « BROL », juste avant que Ziggy Marley, l’un des nombreux fils du célébrissime chanteur jamaïcain Bob Marley, ne clôture ce second jour.

Une troisième journée « électro »

Durant le troisième jour, le programme fut placé sous le signe de la musique « électro ». Le groupe parisien « Salut c’est cool », placé sur une petite scène a fait chavirer les cœurs d’un public de nouveau acquis, tandis que Nina Kraviz, DJ russe qui avait eu l’occasion de mixer depuis la Tour Eiffel en 2018, a pu de nouveau faire écouter l’étendue d’un certain talent auprès d’une foule venue de France et de plusieurs pays d’Europe, dont la Flandre, la Wallonie ou encore les Pays-Bas ainsi que l’Allemagne.

Une clôture familiale et originale

Finalement​, le festival s’est achevé sur un ton plus familial. Gaetan Roussel, rockeur aveyronnais de son état et Bernard Lavilliers, artiste français originaire de Saint-Etienne ont ensuite laissé place à une originalité : DJ Marcelle, de son vrai nom Madame Van Hoof, issue de la capitale néerlandaise, Amsterdam, personne âgée, certes, mais Disc-Jockey de talent.

Publié le 03/09/2019 – 17:16
Par : Kévin Piotrowski
Quitter la version mobile