Non classé

Justice : Le parquet de Paris ouvre deux informations judiciaires sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon et sur les assistants parlementaires présumés fictifs au Parlement européen

Photo

En meeting à Lille le mardi 30 octobre dernier, Jean-Luc Mélenchon s’était longuement exprimé sur les perquisitions qui avaient été effectuées au siège de La France Insoumise et à son domicile. / Photo : Gaël Autier
Plus de trois semaines après les perquisitions menées au domicile de Jean-Luc Mélenchon, chez plusieurs de ses collaborateurs et ex-collaborateurs, ainsi qu’au niveau du siège de La France Insoumise, le parquet de Paris ouvre deux informations judiciaires pour deux affaires qui émaillent le fondateur du mouvement d’extrême-gauche. L’une concerne les financements de la campagne électorale aux élections présidentielles de 2017 et l’autre concerne une affaire selon laquelle des fonds financiers émanant du Parlement européen et dédiés à l’emploi d’assistants parlementaires d’Eurodéputés auraient été détournés pour employer des cadres affectés au mouvement politique de Jean-Luc Mélenchon, ce que ce dernier a toujours réfuté. Toutefois, dans le cadre de cette affaire, l’homme politique d’extrême-gauche n’est pas le seul à y être sujet, puisque François Bayrou et le MoDem sont également visés.

Pour quels faits exactement ces informations judiciaires sont-elles ouvertes ?

La première information judiciaire est ouverte pour des qualifications d’« escroquerie et tentatives d’escroquerie au préjudice d’une personne publique ou d’un organisme chargé d’une mission de service public pour l’obtention d’un paiement ou d’un avantage indu », « abus de confiance et recel d’abus de confiance », « blanchiment du produit du délit d’abus de confiance », « opération illicite de prêt de main d’oeuvre exclusif dans un but lucratif et exécution d’un travail dissimulé par dissimulation de salarié commis à l’égard de plusieurs personnes », « tenue non conforme par un candidat de son compte de campagne » et « abus ds biens ou du crédit d’une société par actions simplifiées ».
La seconde est ouverte pour les qualifications de « détournements et recel de détournements de fonds publics », « blanchiment de détournements de fonds publics » et « blanchiment de tous crimes ou délits par dissimulation de l’origine ou du bénéficiaire effectif d’une somme d’argent ».​​
A l’annonce de l’ouverture de ces deux informations judiciaires, le député des Bouches-Du-Rhône, qui s’est toujours dit prêt à collaborer avec la justice, se disant être prêt à fournir les éléments nécessaires à l’établissement de son innocence a rapidement réagi sur Twitter :


Publié le 09/11/2018 – 18:28
Par : Gaël Autier
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.