Non classé

Catalogne : Alors que le référendum approche, la tension monte

Alors qu’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne doit se tenir le dimanche 1er octobre prochain, la tension monte entre Madrid et l’exécutif autonome catalan. En effet, la guardia civil (garde civile) a confirmé ce mercredi que treize hauts responsables de l’exécutif catalan séparatiste ont été arrêtés. Quant aux mouvements indépendantistes, ces derniers ont appelé à manifester contre l’opération visant à empêcher la tenue prochaine du référendum d’indépendance de la Catalogne que la justice espagnole a interdit.
Une porte-parole de la garde civile espagnole a également confirmé que vingt-deux perquisitions ont été menées dans le cadre de l’opération visant à empêcher le référendum. Cela intervient après la récente annonce par le gouvernement catalan que le bras droit du vice-président, Oriol Junqueras, le secrétaire-général de la vice-présidence, Josep Maria Jove ont été interpellés.
Si le scrutin d’autodétermination a été jugé illégal par la Cours constitutionnelle de l’Espagne, les motifs des nombreuses arrestations n’ont pas été précisées par les autorités et il est difficile de déterminer si les interpellations interviennent uniquement lors des perquisitions, ou si ces dernières sont suivies de placements en garde à vue afin de mener un interrogatoire.
Néanmoins, ces interpellations ne sont pas une surprise, les dirigeants et fonctionnaires catalans ayant été prévenus qu’ils ne pouvaient pas coopérer à l’organisation du vote « illégal », et les indépendantistes ayant ignoré l’avertissement de la Cours constitutionnelle et poursuivi l’organisation du référendum.
Les indépendantistes ont réagit à l’opération menée par la guardia civil en appelant à des manifestations qui ont regroupées plusieurs milliers de séparatistes devant le département d’Economie de l’exécutif catalan à Barcelone, qui a été le premier bâtiment perquisitionné.
Le président de l’Assemblée Nationale Catalane (ANC) a également réagit aux interpellations et perquisitions sur Twitter :
« Résistons pacifiquement. Sortons pour défendre nos institutions de manière non violente. Ils ont commis une grande erreur. Nous voulions voter et ils ont déclaré la guerre ».
Quant au Premier Ministre espagnol Mariano Rajoy, ce dernier a défendu les opérations de police menée en Catalogne pour empêcher la tenue du référendum du 1er octobre prochain, demandant « que l’on revienne à la normalité » et ajoutant que les perquisitions et interpellations avaient pour but de « faire respecter la loi » dans les territoires catalans.
Publié le 20/09/2017 – 15:21
Par : Gaël Autier
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.