Violences urbaines : Les transports publics seront en partie arrêtés à partir de 21 heures

Face aux émeutes qui embrasent plusieurs agglomérations en France depuis trois jours, le gouvernement réagit et active une cellule interministérielle de crise. Vendredi après-midi, une série de mesures étaient annoncées pour prévenir de nouveaux incidents. Parmi celles-ci, on compte notamment la mise à l’arrêt des lignes de bus et tramways partout dans le pays à partir de 21 heures.

Les bus Ilévia et le Mongy stoppés dès 20 heures

Dans la métropole lilloise, où les violences urbaines étaient encore incontrôlables la nuit dernière, l’application de cette décision sera anticipée. Sur Twitter, Ilévia annonce que les bus rentreront progressivement dans leurs dépôts à partir de 19 heures, ne laissant que le métro en service après 20 heures. Les deux lignes de tramways, quant à elles, assureront leurs derniers départs vers 18h40. Pour l’exploitant du réseau de transports en commun de la capitale des Flandres, il s’agit d’éviter tout risque pour les usagers et personnels.

Arrêt total du réseau Dk’Bus à 21 heures

Ailleurs en Flandre, où le calme continue de régner, l’ensemble des bus rentreront eux aussi au dépôt. À Dunkerque (Duinkerke) et dans les communes limitrophes, le réseau Dk’Bus sera mis à l’arrêt « progressivement à partir de 20 heures », indique l’exploitant. Cela pour anticiper « une circulation totalement interrompue pour la soirée à partir de 21 heures ». De son côté, la SNCF affiche une circulation normale, car la mesure ne s’applique pas aux trains régionaux, ni aux liaisons Intercités, TGV et trains-couchettes.

Sur les réseaux sociaux comme dans la rue, cette mesure exceptionnelle suscite des réactions mitigées. D’un côté, certain comprennent la nécessité de garantir la sécurité de tous et saluent la réactivité des autorités. D’autre part, certains usagers expriment un profond mécontentement face aux perturbations engendrées dans leurs déplacements quotidiens.

Quitter la version mobile