ACTUALITÉSDUNKERQUE - DUNES DE FLANDREÉCONOMIEENVIRONNEMENTSOCIÉTÉ
A la Une

Éoliennes en mer du Nord : Les défenseurs de l’environnement restent vent debout contre le projet

Les flamands restent vent debout contre les éoliennes en mer du Nord. Après une énième manifestation organisée le 11 mai dernier à Bray-Dunes (Brayduinen), les écologistes organisaient encore un rassemblement samedi dernier. Cette fois, le rendez-vous était donné à Dunkerque (Duinkerke), derrière l’emblématique Kursaal. L’objectif affiché par les manifestants était toujours d’alerter sur les graves nuisances que le projet allait causer sur la faune, la flore, mais aussi sur la qualité de vie des riverains.

« Les langues se délient »

En tête du mouvement de contestation, l’association ‘Vent Debout 59’, campe sur ses positions. Dans la rue comme sur les réseaux sociaux, l’association dénonce une « perte sèche d’habitat » pour les animaux et « une étude d’impact minimisée ». Et ceux qui ont battu le pavé dénoncent un manque de démocratie sur le projet. Toutefois, ils ne désespèrent pas de faire entendre leur voix.

« Depuis qu’on se fait remarquer, les langues se délient. Il y a une grande majorité d’avis défavorables sur l’enquête publique sur internet »

Mickaël Somujik, porte-voix pour l’association ‘Vent Debout 59’

Prolongée à la demande du gouvernement belge, elle se terminera finalement ce samedi 1er juin 2024 à 12h30. Elle reste accessible via le lien suivant : Participer à l’enquête publique Enquête publique unique dans le cadre du projet de parc éolien en mer au large de Dunkerque et son raccordement électrique (registre-numerique.fr)

De nouvelles actions à venir

En attendant la date fatidique, les défenseurs de l’environnement n’entendent pas cesser leur combat. Si les décisionnaires décident tout de même d’engager les travaux, ils exploreront toutes les voies de recours. Par ailleurs, d’autres actions seront organisées prochainement avec le même but : Sensibiliser les flamands et les touristes de passage aux effets de ce qu’ils considèrent être du « greenwashing ».


Pour rappel, le projet de parc éolien est prévu pour 2028. Il comportera l’installation de 46 éoliennes au large des côtes flamandes. Hautes de 300 mètres, elles devraient se situer à environ 10 kilomètres des plages, ce qui ne sera pas sans effet sur la biodiversité et le paysage. En effet, ces dernières seront visibles depuis le bord de mer.

Outre la proximité et la hauteur des installations, les défenseurs de l’environnement mettent en exergue le choix du site choisi : Une zone classée Natura 2000 dans laquelle il y a désormais une demande d’autorisation de destruction pour plus de 31 espèces pourtant protégées. Une pétition a également été lancée par l’association, qui a récolté plus de 28.400 signatures.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de soutenir votre média en désactivant votre bloqueur de publicité.