Une ligne de bus De Lijn relie désormais Hazebrouck, Steenvoorde et Poperinge

Les flamands peuvent désormais relier Hazebrouck (Haezebroek) et Poperinge sans prendre leur voiture. En effet, depuis le 1er septembre, une nouvelle ligne d’autocars relie ces deux villes et plusieurs localités voisines. Privés de liaison ferroviaire transfrontalière régulière depuis 1954, les habitants du territoire retrouvent donc enfin une liaison de transport en commun efficace. Devenu réalité, ce projet lancé en 2019 doit constituer la colonne vertébrale d’une offre permettant de joindre les villes situées de part et d’autres de la frontière.

Un désenclavement pour la région Flamande

Cette ligne, numérotée 62, est opérée par le réseau belge ‘De Lijn‘ et desservira également la commune de Saint-Sylvestre-Cappel (Sint-Silvesterkappel), ainsi que l’Abele. Elle offre une fréquence de service d’un bus toutes les deux heures, ce qui garantit une certaine accessibilité tout au long de la journée. Du lundi au samedi, le premier départ de Poperinge s’effectue à 6h02, tandis que la gare d’Hazebrouck verra partir le premier bus à 7h14. Le dimanche, les horaires sont légèrement décalés, avec des départs respectifs fixés à 8h02 depuis Poperinge et à 9h14 depuis Hazebrouck. Au total, 7 rotations seront effectuées au quotidien pour relier les deux terminus en 45 minutes. Vous pouvez retrouver l’ensemble des horaires sur le site internet de la compagnie belge, en cliquant sur ce lien.

Pour la région flamande, cette nouvelle ligne d’autocars représente une véritable opportunité de désenclavement. Elle permet également aux habitants de Steenvoorde et de ses environs de se connecter plus facilement avec Hazebrouck, tout en réduisant significativement le temps de trajet. Jusqu’ici, les lignes régulières 907 et 926 du réseau Arc-en-Ciel permettaient de relier la deuxième gare du Westhoek à la place Saint-Pierre en 30 à 40 minutes. Désormais, le temps de parcours minimal est ramené à 15 minutes.

Des tarifs différents

Cependant, un point de crispation demeure pour certains voyageurs. En effet, les tarifs pratiqués par ‘De Lijn’ sont légèrement plus élevés que ceux des lignes opérées pour le compte de la région Hauts-de-France. Le coût d’un trajet sur la ligne 62 est fixé à 2,50€, contre 1€ sur les lignes Arc-en-Ciel. Cette différence pourrait conduire certains voyageurs à rester fidèles à l’offre préexistante. Malgré cette considération financière, la mise en service de cette nouvelle ligne reste une avancée significative pour les habitants de Flandre. Elle facilite les déplacements transfrontaliers et renforce les liens entre communautés belges et françaises, et représente également une opportunité pour le développement économique et touristique de la région.

Quoi qu’il en soit, cette initiative reste unanimement saluée par la population, mais aussi par les élus de Flandre intérieure. Elle illustre la volonté et l’engagement pris par les collectivités de coopérer pour renforcer les liens entre communautés. Jeudi 31 août, Franck Dhersin laissait entendre que d’autres chantiers pourraient être conduits dans les prochaines années. En marge de la journée inaugurale de la ligne 62, le vice-Président du conseil régional chargé des mobilités annonçait sur Twitter que « La région travaille tout au long de la frontière pour rétablir nos liaisons avec notre voisin belge ».

Quitter la version mobile