Flandre Presse

La Flandre doublement à la fête lors des célébrations du 14 juillet

Tout au long de ce week-end, l’humeur était à la fête. Comme partout ailleurs en France, notre territoire s’est animé et couvert de nombreuses festivités. Tandis que la plupart de la population commémorait la prise de la Bastille (1789) et la Fédération (1790), la Flandre ont saisi l’occasion pour célébrer la journée de la Communauté flamande.

Une double fête chez les flamands

Vendredi matin, le bal a été ouvert à Lille (Rijsel). Le long du boulevard de la Liberté, troupes armées, gendarmes et policiers ont défilé devant une foule nombreuse. Curieux et enthousiaste, le public lillois a réservé sa plus grande ferveur pour les véhicules du SAMU et les sapeurs-pompiers. Une marque d’admiration dont n’ont pas bénéficié d’autres corporations, alors que le climat social demeure tendu, ce que les représentants de l’État ont pu remarquer depuis la tribune officielle.

Plus à l’ouest, les habitants du Westhoek ont joué la double fête. Dans les rues de Bailleul (Belle), certains passants étaient tiraillés entre la commémoration de la Révolution française et celle de la bataille de Courtrai (Kortrijk). Une victoire flamande survenue le 11 juillet 1302 contre le royaume de France. Pour autant, l’essentiel de la population préférait communier autour d’une double identité fièrement arborée au quotidien sur de nombreux bâtiments publics.

Feux d’artifices et bals populaires dans plusieurs villes

Dès midi, la cité de Mélusine proposait pique-nique, jeux et animations qui devaient durer jusqu’à 17 heures. En fin de journée, la principale manifestation annoncée se déroule dans le centre-ville. Devant le podium installé sur la grand’place, des amateurs improvisent un Madison géant, avant de laisser place à un show organisé par la discothèque locale, ‘Le Manoir’ qui rythmera la soirée. La nuit est ensuite tombée, mais la fête s’est poursuivie avec un feu d’artifice, maintenu malgré des conditions météorologiques instables, et un bal populaire animé.

Durant de longues minutes, des milliers de flamands se rassembleront pour communier et redire leur double attachement à la Révolution française, ainsi qu’à leur propre communauté. Un sentiment partagé dans bien d’autres communes, dont certaines (Hazebrouck en tête ndlr) avaient toutefois préféré la soirée du 13 juillet pour célébrer une unité franco-flamande que la plupart aimeraient voir perdurer dans une relation plus équilibrée et un respect mutuel. Dimanche matin, les divisions politiques ont repris le dessus, mais tous attendent déjà de pied ferme l’été 2024.

Quitter la version mobile