Flandre Presse

En colère, les défenseurs du flamand manifesteront samedi à Lille

Depuis le vote de la « Loi Molac » sur les langues régionales, la tension était quelque peu retombée dans le territoire flamand. Seulement, le Conseil Constitutionnel a récemment censuré deux articles de cette loi, rendant notamment impossible la création d’un réel cursus d’enseignement des dialectes locaux, provoquant l’ire de nombreux défenseurs des cultures minoritaires en France.

Samedi de manifestation dans la capitale des Flandres

En Flandre française, c’est ce samedi 29 mai que la mobilisation va reprendre. Sur les réseaux sociaux et sur l’antenne de France Bleu Nord, Jean-Paul Couché, le Président de l’ANVT-IRLF a appelé l’ensemble des défenseurs de l’identité territoriale à converger à Lille pour dénoncer, une fois encore, ce qu’il perçoit comme une discrimination (ndlr. le flamand n’est aujourd’hui toujours pas inscrit dans la circulaire des langues susceptibles d’être véritablement enseignées). C’est donc logiquement devant les portes du Rectorat de l’Académie que les esprits risquent de s’échauffer avant la fin de la journée.


Au total, selon une estimation récente, le département du Nord (collectivité qui regroupe Flandre et Hainaut français) compterait encore environ 50.000 locuteurs du flamand, un chiffre en baisse depuis plusieurs décennies. En l’absence d’un réel et complet recensement, il est impossible de cerner la véritable évolution du nombre de pratiquants.

Quitter la version mobile