De nouvelles dégradations et 82 interpellations la nuit dernière lors de nouvelles émeutes en Flandre

La tension marque le pas en Flandre. Quatre jours après la mort de Nahel, abattu par un policier après un refus d’obtempérer, de nouvelles émeutes ont éclaté la nuit dernière dans plusieurs villes de la métropole lilloise. Cette fois, les violences étaient plus marginales et dispersées que la veille.

Loin de connaître de nouvelles heures de chaos, les rues de Lille (Rijsel) n’ont cependant pas retrouvé leur quiétude habituelle. Interdits de se rassembler sur la place de la République, quelques 200 manifestants ont pris la direction du quartier de Wazemmes. Dans leur sillage, la rue Gambetta connaîtra des moments délicats. Du mobilier urbain y sera dégradé et des commerces saccagés. D’autres scènes de violences seront également observées au niveau du boulevard Montebello et rue des Postes.

À l’extérieur de la capitale des Flandres, des violences urbaines sont également recensées à Roubaix (Robaais), notamment dans le quartier du Pile. Le couvre-feu instauré vendredi 30 juin n’aura donc pas été respecté par des émeutiers toujours déterminés à extérioriser leur colère. Plusieurs heures durant, poubelles et voitures seront incendiées, tandis que des tirs de mortiers d’artifices viseront les forces de l’ordre. Ailleurs, plusieurs incidents seront constatés à Mons-en-Baroeul ou encore Wattignies (Wattenijs). Là-bas, circuler restera localement difficile jusqu’en début de journée.

Samedi matin, des perturbations persistaient donc encore dans les transports en commun. Sur le réseau urbain Ilévia, certaines lignes de bus étaient amputées d’une partie de leurs parcours. C’était notamment le cas sur les lignes L2, L3, L4, L8, MWR, 33, 34, 35 et 78. Depuis, toutes ont repris un service normal, à l’exception de la Citadine 5.

Selon les informations communiquées par les autorités, 82 personnes ont été interpellées dans le département du Nord au cours de la nuit. En face, 7 policiers ont été blessés au cours des affrontements.

Quitter la version mobile